17 janvier 2008

SURFIGURATION

Je n'utilise que le pastel à l'huile. Le pastel à l'huile a l'avantage de faire exister le trait et la couleur simultanément, rappelant ce procédé de roman qui, emprunté au cinéma, présente sans transition des évènements qui coïncident entre eux I only use oil pastels. The advantage of these is that it gives the stroke and colour simultaneously, recalling the process in my book, which, borrowed from the cinema, presents without transition, events that coincide with one another.
Posté par jacques cauda à 17:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2008

SURFIGURATION

The black box that projets images into the whole world is the cinema itself which the surfigurative painting tends to take as a model. John Wert
Posté par jacques cauda à 12:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2008

SURFIGURATION

Posté par jacques cauda à 12:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 janvier 2008

SURFIGURATION

Posté par jacques cauda à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 janvier 2008

SURFIGURATION

John Coltrane
Posté par jacques cauda à 05:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 janvier 2008

La peinture en question

Vingt-cinquième question: la peinture sait-elle ce que nous ne savons pas ?
Posté par jacques cauda à 18:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2008

SURFIGURATION

Posté par jacques cauda à 14:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 janvier 2008

SURFIGURATION

dans la glace...
Posté par jacques cauda à 09:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2008

SURFIGURATION

Dans, la glace, je vois que j'ai deux O à la place yeux. Extrait de J.J.J & C., roman, Paris 2007.
Posté par jacques cauda à 09:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2008

La baie de Somme

Après le pont qui enjambe le chenal de la Somme, on prend un chemin d’herbes qui surplombe l’estran. Une sorte d’entre-deux entre la campagne et la mer, entre le flux et le reflux, entre les sables et les eaux, entre l’espace et le temps où l’œil sans plus d’appui, se perd avec le regard, se noie, s’évanouit et revient à lui dans un paysage toujours en mouvement. L’eau est le sable et le vent oiseau qui tournent, volent, glissent et s’emportent au-dessus des ridins. Est-ce un étourdissement (qui sait ?) sans fin, sans cesse et... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 09:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]