jacques cauda

29 septembre 2016

Surfiguration

charonne

P1100402

paris nuit_2

Jacques Cauda

© Cauda in Paris XX

Posté par jacques cauda à 06:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 septembre 2016

Surfiguration

ensemble

cauda

Les jouets rouges

extrait:

 

Quand je te peins tu mouilles

 

Parce que je te revois jusqu’au jus

 

Qui coule sur le rectangle blanc

 

Ton cul rose qui bave comme

 

Les coulures singulières qui sortent

 

De ton con signe de ton désir

 

Et du mien

 

Bientôt sédimenté sans hésitation

 

Je te baise vif d’un trait dur

 

Je t’encule

 

Ton cul posé sur la toile

 

Vient toutes les nuits

 

A l’atelier

 

Je peins les salauds le Pauli et les

 

Autres je peins leurs gencives

 

Aux dents neuves ce sont des

 

Enfants pour toi qui les suces

 

Et moi qui regarde ta bouche pleine

 

Cette pauvre âme inexplicable

 

Les bouffer jusqu’aux couilles...

LA SUITE ICI:

http://www.editionscontre-ciel.fr/

 

Slider-Jouets-rouges-2-960x350

 

 

 

 

 

Posté par jacques cauda à 06:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 septembre 2016

Surfiguration

chat chat chat

chat

Chats, encre sur papier © Cauda

Posté par jacques cauda à 07:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 septembre 2016

Surfiguration

PREMIÈRE CRITIQUE DE

"LES JOUETS ROUGES"

PAR PATRICE MALTAVERNE

Slider-Jouets-rouges-2-960x350

"Les jouets rouges", de Jacques Cauda


Pour une fois, on ne pourra pas reprocher à un éditeur - il s'agit ici de "Contre-ciel" - d'avoir publié un texte tempéré et fade.
 
Pour résumer les faits, "Les jouets rouges" est un livre constitué d'une alternance de textes en prose, à dominante narrative, ou en vers, qui décrivent en termes crus des rapports sexuels entre un homme et une femme.
 
Le problème pour la femme, c'est que ces rapports finissent mal, puisqu'elle est tuée à la fin, dans une chute expédiée en quelques lignes.
 
Pour le lecteur, on dirait que ces fins brutales et cruelles sont là pour rompre l'enchantement de l'amour, caractérisé par des luxuriantes images.
 
Ainsi, la métaphore des "jouets rouges", que l'on brise, est effective dans tous ces mots.
 
Toujours est-il que la richesse des images, éclairant la complémentarité entre peinture et poésie, est ce qui demeure de la lecture de "Les jouets rouges".
 
Une richesse de couleurs, mais aussi de saveurs, bref tout ce qui caractérise la poésie qualifiée de partie fine.
 
Extrait de "Des jouets rouges" :
 
"Dans l'accueil de son cul
je ne me fie qu'à ma main
qui porte le thermomètre
cette figure de mercure
jusqu'à son ouverture
 
finement couchée sur le drap
elle jouit
de sa température
bien prise un peu partout
comme au sortir de l'anneau
 
elle feint la maladie
elle crie : "Foutre là ! Mets-y ton remède ! J'ai mal !"
potions liqueurs et sirops
ferments de ses jouissances
qui montent jusqu'à ses yeux
qui ressortent vainqueurs
 
elle a gardé ses poils
collés à l'aspirine
elle sue la fièvre
aussi bien mouillée qu'elle en veut toujours
 
je prends sa route
armé d'un clystère si démon
que je rentre tout
par la trompette arrière
là où est l'éclat
 
elle finit avec moi
vaincue
et plusieurs fois
de fortes évacuations
 
"J'ai vraiment (aimé) la maladie !"
sont ses derniers mots"
 
Je précise que l'illustration de couverture est de Jacques Cauda, qui est également peintre.
 
Pour en savoir plus sur "Les jouets rouges", de Jacques Cauda, qui est vendu au prix de 12 €, rendez-vous sur le site de l'éditeur : http://www.editionscontre-ciel.fr/

Posté par jacques cauda à 06:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 septembre 2016

Surfiguration

Cauda3

Cauda4

Cauda5

Cauda6

Cauda7

Cauda10

Histoires, pastel & encre sur papier 100x70cm © Cauda

Posté par jacques cauda à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 septembre 2016

Surfiguration

chien

chien 1

chien 2

chien 3

© Cauda

Posté par jacques cauda à 07:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2016

Surfiguration

bd 1

bd2

Bande dessinée I & II, pastel sur papier 100x70cm © Cauda

Posté par jacques cauda à 12:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2016

Surfiguration

Parution in SOUFFLES n° 252/253

Mon grand dada

extrait:

L’homo caca

Dieu nous aide et fait pousser le caca.

Erit igitur haec praedicatio per accidens : Homo est animal ; vel : Animal est vivum. Est autem per se ; nam homo secundum quod est homo, animal est ;ergo  homo caca est !

Hypothèse

L’homme n’a plus d’issue. À mesure que s’accroît son emprise sur le presque rien, à mesure qu’il fait corps avec lui, l’homme s’aveugle du vouloir vivre.

Le vouloir vivre cherche à faire sortir l’homme de ses gonds.  Afin de le plonger dans le blanc du monde sans autre horizon que le vivre en quête du vivant.

Comme condition de cette volonté la faculté d’oubli doit s’incliner devant l’homme à la mémoire sans origine et sans fin.

Le poète jadis donnait la rose sans « pourquoi » bien qu’agie par le « parce que ». Ni « pourquoi » ni « parce que » maintenant qu’elle fleurit dans le vouloir vivre sans raison et sans principe, avec pour seul souci (pas même de désir) celui d’être en vie.

L’homme du vouloir vivre est un produit manufacturé qui ne répond à rien.  Semblable au semblable, conforme au conforme, il bêle en troupeau sa volonté perpétuelle comme son souci d’être en vie dans le caca.

 

Démonstration

Nihil est sine ratione. Désormais dans le vouloir vivre, rien n’est plus sans raison,  rien est sans rien,  selon le mot d’ordre du nouveau vivant, l’homo caca.

L’homo caca emprunterait-il le chemin vers l’être de l’étant (en vie) que sans point de repère sinon sa petite lumière prise dans son propre reflet il ne se reconnaîtrait pas et pas davantage connaîtrait-il l’étant dans la lumière de l’être en vie (dans le caca). 

mouche_Cauda

La suite est à lire in SOUFFLES

http://www.revuesouffles.fr/

 

A la Hune - Revue Souffles

Le numéro de la Revue Souffles " MON GRAND DADA " (célébrant le Mouvement Dada sous toutes ses formes) est en cours d'impression. Si vous êtes adhérent ou abonné à notre revue, il vous sera envoyé fin septembre.

http://www.revuesouffles.fr

 

 

Posté par jacques cauda à 08:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Surfiguration

Bretagne 60x80cm

Bigoudènes, aquarelle et fusain sur papier 60x80cm © Cauda

Posté par jacques cauda à 07:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]