jacques cauda

23 avril 2017

Surfiguration

Fouille au corps _Cauda

Affinité élective © Cauda

Posté par jacques cauda à 07:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 avril 2017

Surfiguration

Comilédei N&B

Lecture COMILEDIE 

dimanche 23 avril à 17h

Librairie Galerie Le Monte-en-l'Air

71 rue de Ménilmontant

Paris XX

Posté par jacques cauda à 07:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avril 2017

Surfiguration

On n'oubliera pas en dépliant le symbolisme méduséen de s'arrêter sur l'oeil: Méduse-Gorgone ne saurait être vue, son regard pétrifie, son oeil porte malheur; mauvais oeil, il tue. Vulve féminine, la tête de Méduse est un oeil glaireux, tuméfié, chassieux; trou noir dont l'iris immobile s'entoure de lambeaux-lèvres, plis, poils pubiens. Julia Kristeva, Arts et rituels de la décapitation.

Hommage à Courbet, Les Gorgones 50x70cm

Les Gorgones, pastel à l'huile et aquarelle sur papier 50x70cm © Cauda

Posté par jacques cauda à 10:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Surfiguration

Comilédie bd 33_2

Lecture COMILEDIE

dimanche 23 avril à 17h

Librairie Galerie Le Monte-en-l'Air

71 rue de Ménilmontant

Paris XX

Posté par jacques cauda à 06:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 avril 2017

Surfiguration

Courbet 7865

Courbet 99999

Hommage à Courbet © Cauda

Posté par jacques cauda à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 avril 2017

Surfiguratif

Comilédie bd_3Cauda

Lecture de Comilédie

dimanche 23 avril à 17h

Librairie Galerie Le Monte-en-l'Air

71 rue de Ménilmontant

Paris XX

cropped-librairie-orange-009

Comilédie couverture couverture 11

Posté par jacques cauda à 06:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2017

Surfiguration


SOUFFLES – n° 254 - 255 ( décembre 2016 )

SOMMAIRE


DE METS & DE MOTS
Éditorial

 


Christophe Corp - Faim et macarons d’un désir sans fin
 

CUISINE PALÉOLITHIQUE


Mathieu Gimenez  – Ces petits plats façon Delteil : un retour vers le futur?
 

BOCUSE À SES ESCADRONS


Viviane Ciampi - Braisons nos endives !
 

SPÉCIALITES RÉGIONALES

 
Jean Pachot-Lagarrigue - À l’ancienne
Jean-Marie Ducros - « Le quinze août, c’était dit, fête à la bouillabaisse !»
Monique Nicque - Cassolette de cassoulet
Marie-José Bernard - Boumiane
Christophe Corp - Assiette de sang primordial

 

MENU EXOTIQUE


El’Mehdi Chaïbeddera  - Seffa de Zohra
Farid Bahri - Bedaines à l’agonie
Eric Chassefière - Cuisine du monde
Jeanne Bastide - Citron, fruit même pas rond
Mélita Toka-Karachaliou Le grenadier (calligramme - bilingue)
Théophilo Marcia - Cajou (bilingue)
Livia Neri - Curry de crevettes aux mangues et lait de coco
Michel Eckhard Elial - L’art du houmous (bilingue)

 

AU PETIT BONHEUR DU MARCHÉ


Jean-Paul Lauze - « Samedi, jour de marché… »
Mauro Macario - Fruits de mer (bilingue)
Vivetta Valacca - Langoustine au beurre de noisette (bilingue)
Anne-Marie Suire - « Dans le magasin, les pains étaient alignés… »
Ourida Khaled Khodja - Tour de France
Sylviane Blineau - Un beau plateau
José Muchnik - Produits Merveille
Marie-Agnès Salehzada - Jardin d’Eden
Monique Nicque - Le monologue de l’endive
Pablo Neruda - Ode à l’artichaut (bilingue)
Roselyne Sibille - Les échalotes dans la cocotte

 

REPAS DE FÊTE


Béatrice Pailler - Tudieu quel repas !
Jean Azarel - Bouquet final 
Bernardette Bodson-Mary - 3 Haïkus
Solange Clouvel - Régime crétois Crème et châtiment
Alain Snyers alias Marmiton Snyers -   La chignonnette
Claire Musiol - Famille au grand complet
Régine Nobécourt Seidel - Ardennes 1920
Langberto Tomi - Trépas de Noël
Christoph Bruneel - Les festins de Balthazar de la Bamboche
Adrien Xicluna - Dernier repas
Jean Pachot-Lagarrigue - Nocturnale / L’absente
Bernard Jakobiak - Le festin de la nuit

 

USTENSILES & ART DE LA TABLE


Marie-Christiane Raygot - Midi
Valère Kaletka - La java des couteaux
Agnès Doligez - Au bonheur du tajine
Denis Gonçalves - Casserole
Bernard Long - Recette simple 
Christophe Corp - « La conscience est couteau...» 

 

À LA BONNE FRANQUETTE


Sylviane Blineau - « Au festin des rois de la rue… »
Carole Menahem-Lilin - À la volée
Jean Pachot-Lagarrigue - Bords de Saône
Frank Archambault - « Les figues dégorgeaient… »
Marcus Nabielek - Ratatouille
Hélène Ourties - Brasucade
Jean Pachot-Lagarrigue - «Pour émoustiller les papilles...»

 

MENU GARGANTUA


François Rabelais - « On apresta le soupper...» 
 

MENU TRIMALCION


Petrone - Menu extrait du Satiricon
 

DOUCEURS & DESSERTS AU CHOIX


Colette Nys-Masure - Fruitée
Rémi Checchetto - Confiotes / Le Schlouc et le Schloc
Farid Bahri - Echoppe pâtissière / Achora
Alain Snyers alias Marmiton Snyers -   3 desserts de rêve :
          Babel, la tour gourmande / L’Eden Dream / L’étouffe-chrétien
Élodie Paul - Desserts de fée
Françoise Favretto - Une pâtisserie particulière
Guillemette de Grissac - Jian-dou-dja
Amandine Sabot- Palet de chocolat noir, chantilly chocolat blanc
Dorothée Jumeau - Comment survivre sans chocolat ?

 

LA SURPRISE DU CHEF


Frédéric Jacques Temple - Soupe de caillou, omelette aux œufs de pie,
                                                grillade de couleuvre
François Rabelais - Génération Andouillique
Jean Foucault - Pipocas
Monique Nique - Croque-Monsieur
Jean-Paul Gavard-Perret - À toute faim utile
Frédéric Miquel - La menthe, le pop-corn et la Pelforth
Tahor Mina - Taxifolia, herbe gloutonne
Pierre Desproges - Cigale melba pour 6 personnes

 

ET L’ENTIER DE LA SOIF


Gaston Marty - Et l’entier de la soif / Sirops embrumés
Rémi Checchetto - Apéro
Marilyse Leroux - Rouge encre 
Sim Frozen - L’eau mauvaise
Béatrice Pailler - Bamboche sous la lune
Joseph Delteil - « Je mange, j’avale… »

 

LE VERBE GOURMAND


Régine Nobécourt Seidel - Ma cuisine est gourmandise
Christophe Corp - Alchimie du gigot d’agneau
Marco Furia - De lumière gourmand, le jour (bilingue)
Régine Nobécourt Seidel - Régal de gourmets
Frédérick Gambin - « Ce chien, il a des gourmandises… » 
Nicolaï Drassof - Au menu : poêlon de veau au champagne flambé,  
                                petits légumes aux épices
Claudie Lenzi - Tomates brûlées, recette ratée en ris de lui et d’elle
Thésée - Recette du masque poivré
Élisabeth Morcellet - Nourrissons !

 

SCÈNES DIGESTIVES & PAROLES VENTRILOQUES


Khalid El Morabethi - Muscle
Charles Duttine - Cuisine intérieure
Khalid El Morabethi - À l’intérieur du bidon
Christine Durif-Bruckert - Scènes digestives
Jean-Luc Parant - Si l’homme dévore le monde pour le penser, les animaux
                                le mangent pour le perpétuer
Michel Wichegrod - Mort aux maigres !
Violaine de Nuchèze - Troisième millénaire

 

PAR UNE FAIM DE LOUP


Jean Pachot-Lagarrigue - Sans fin la faim
Corinne Fischer - Faim me mange
Guillaume Boppe - Le repas à Hanoï
Francisco de Quevedo - Repas éternel, sans début ni fin 


EROS, CETTE POMME À CROQUER


Sylviane Blineau - Du rouge !
Sylviane Blineau - Lapin paquets pour mon amour
Patrick Devaux - Cette année-ci  à Marienbad
Claire Musiol - Des soupes qui n’en sont pas / Fin d’elle
Anne Letoré - Pamplemousse / Moule / Thé glacé
Geneviève Vidal - Pomme capitale


CHACUN SA MADELEINE OU PRESQUE


James Sacré - Le moindre manger t’a donné des mots
Colette Nys-Masure - L’eau à la bouche
Myriam Senghor - Un ch’tiot tour des spécialités du Berry 
Jacques Cauda - Correspondances  
Cécile Boisson - Les gaufrettes 
Thérèse-Françoise Crassous - « Larzac, le miel coulait ambré...»
Jean Foucault - Fripées du temps jadis
Sylvie Breulet-Raymond - «Elles ont pétri, malaxé, rapé...»   
Kristell Loquet - La fraîcheur des concombres 
Christophe Corp - Émulsion de beurre et éclats de chocolat pour tartine
                                  et cuisinière    
Jean-Pierre Petit - Et puis, ETC   

Menu 2_Cauda_ Aquarelle sur papier 50x70cm

© Cauda
 

JE ME DEMANDE LE SEL


Christophe Corp - Je me demande le sel (Poèmes)
Alain Colombaud - Le sel vu du ciel (Photographies) 
Christophe Corp - Alain Colombaud Icare au pays du sel   
Alain Colombaud (Parcours artistique)  

 

J’AI LA PATATE


L’homme qui parle aux pommes de terre
Entretien avec Jean Foucault par Christophe Corp  

 

Z’OGNONS AVEC  OU  SANS  I


Miguel Hernández - Berceuse pour un oignon (bilingue
Christophe Corp - GroZ’Ognon ?

 

DE L’ÉPICERIE


Jean-Pierre Rose - De l’Épicerie comme Cabinet des Merveilles 
Jean-Pierre Rose - Les aventures d’une devanture - Rue Saint-Guilhem                
                                  à Montpellier  
Jean-Pierre Rose (Parcours artistique)  


PAROLES DE CHEF


« Ce point fragile où le mets se tient...»
Entretien avec Éric Coisel (Grand chef parisien) par Christophe Corp 


ADAB GOURMAND


Petite anthologie de l’Adab gourmand par Saïd Sayagh (bilingue)
Banquet andaloussien par Saïd Sayagh (bilingue) 

 

CUISINE DANTESQUE


La cuisine à l’époque de Dante
Entretien avec Rosa Elisa Giangoia parViviane Ciampi

 

NATURES VIVES


« Namasté », cet art de la « Faut to graphy » dans les natures vives
de Jean-Baptiste Hugo par Christophe Corp 

 

DUBOUT EST - CE QUE ?


Le double entonnoir du va-nu-pieds Hubert Hentz
                alias le professeur K-Bourre par Christophe Corp  

 

FLEURS DE GOURMANDISE


Christophe Corp – Joseph Delteil ou l’incarnation du verbe gourmand
Christophe Corp – Le subreptice et le quelque chose (à Émile Zola)
Saïd Sayagh - Michel Eckhard Elial et l’arbre lumière
Cécile Vibarel - La dernière oeuvre de Phidias - Maryline Bertoncini    

 

POÉSIE DANS LA CITÉ


Soirée « Un nouveau souffle pour Delteil » 9 mars 2017
Palmarès des Prix littéraires décernés par la Revue Souffles 2016
Soirée DADA aux « Frigos » 30 janvier 2017
                                  compte-rendu par Scato d’Urtic  
Rencontre exceptionelle avec Vénus Khoury-Ghata  21 avril 2017  

 

INFORMATIONS


Consignes d’envoi des textes (Prochain numéro)
Prochain numéro thématique  Bêtes & bestioles
                                                      (envoi des textes jusqu´au 15 mai 2017) 
Prix littéraire Joseph Delteil: Osez concourir !  
Règlement du Prix     
Bulletin d’adhésion / Abonnement    


 

TABLE DES ILLUSTRATIONS



Hubert Hentz alias  Hubou– Couverture « Nourriture & Gourmandise »
Hubert Hentz alias  Hubou– De mets et de mots (page de titre)
Pablo Picasso– Les oursins ( Antibes - 1946) 
Hubert Hentz alias Hubou– Cuisine paléolithique (page de titre) 
Hubert Hentz alias Hubou– Joseph Delteil  
Jacques Cauda– Correspondances   
Rosaura Gallegos – La vierge aux sardines
Claude-Henri Bartoli– Alimentaire, mon cher Watson !
Hubert Hentz alias Hubou– Bocuse à ses escadrons (page de titre) 
Hubert Hentz alias Hubou– Spécialités régionales (page de titre) 
Pablo Picasso – Le Homard (9 janvier 1949)  
Pablo Picasso – Coq et couteau (21 mars 1947)    
Hubert Hentz alias Hubou– Menu exotique (page de titre) 
Claude-Henri Bartoli– Thiéboudienne au poisson 
Pieter Claesz– Nature morte aux huîtres, citron et coupe en argent (1634)
Hubert Hentz alias Hubou– Au petit bonheur du marché (page de titre)
Francisco Calderón – « Ceviche » équatorien (Cuenca - 21.08.2013) 
Fresque du tablinum de la Maison du boulanger (Pompéi - Musée de Naples)  
Francisco Calderón – Orange citrouille
Hubert Hentz alias Hubou– Repas de fète (page de titre) 
Claude-Henri Bartoli– « Ils ont raté l’éternité »
                                          4 oeuvres et un poème de Michel Butor    
Le Caravage – Bacchus adolescent (Florence - Musée des Offices - 1594) 
Pierre Bonnard – Nature morte à la bouteille de vin rouge (1942) 
Menu des Ardennes, 1920   
Giuseppe Arcimboldo – Le juriste (1566)  
Rosaura Gallegos – Nocturne (en sa boîte de camembert « Président ») 
Jean Trousselle – 13 à table
                                (La Passion, exposition Montparnasse - Paris 1974) 
Hubert Hentz alias Hubou– Ustensiles & art de la table (page de titre) 
Moineau - fresque de la villa de Poppée (Villa Oplontis - Naples) 
Paul Cézanne – Le plat de pommes (1877)   
Pablo Picasso – Tête de mort, poireaux et cruche  (16 mars 1945)
Hubert Hentz alias Hubou– À la bonne franquette (page de titre)   
Francisco Calderón – J’irai friter sur vos bitumes (Lyon - 18.12.2016) 
Hubert Hentz alias Hubou– Menu Gargantua (page de titre)
Hubert Hentz alias Hubou– Menu Trimalcion (page de titre) 
Corbeille d’osier remplie de fruits et recouverte d’un voile transparent
Fresque de la villa de Poppée (Villa Oplontis - Naples)
Corbeille de fruits - fresque de la villa de Poppée (Villa Oplontis - Naples) 
Hubert Hentz alias Hubou – Douceurs & desserts de rêve (page de titre)
Amandine Sabot – Palet de chocolat noir chantilly, chocolat blanc   
Hubert Hentz alias Hubou– La surprise du chef (page de titre)
Francisco Calderón – Musée du jambon (2009)   
Claude-Henri Bartoli– La mort aussi pense et se nourrit 
Francisco Calderón – Petite cuillère carrément feuille (22.10.2016) 
Hubert Hentz alias Hubou– Et l’entier de la soif (page de titre) 
Diego Velázquez – Le porteur d’eau de Séville, 1619 (détail)  
Georges Dezeuze – Le vin filtré (1984)   
Pablo Picasso – Le plant de tomate (12 août 1944) 
Hubert Hentz alias Hubou– Le verbe gourmand (page de titre)  
Francisco Calderón – Persillée
Pablo Picasso – Crâne, oursins et lampe sur une table (27 novembre 1946) 
Hubert Hentz alias Hubou– Scènes digestives et paroles ventriloques
Jean-Luc Parant – Le rat 
Jean-Luc Parant – Le bestiau 
Hubert Hentz alias Hubou– Par une faim de loup (page de titre)   
Hubert Hentz alias Hubou– Eros, pomme à croquer (page de titre)  
Paul Cézanne – Verre et pommes (1879-1880)
                             Vase paillé, sucrier et pommes (1890-1893)  
Hubert Hentz alias Hubou– Chacun sa madeleine ou presque (page de titre)
Lubin Baugin– Le dessert de gaufrettes (Musée du Louvre - 1631)
Francisco Calderón – Boutons de cuisinière et leurs ombres projetées 
Francisco Calderón – Poivron ou ce qu’il en reste 
Hubert Hentz alias Hubou– Je me demande le sel (page de titre) 
Alain Colombaud– Le sel vu du ciel (I)   
Alain Colombaud– Le sel vu du ciel (II)   
Alain Colombaud– Le sel vu du ciel (III)  
Alain Colombaud– Le sel vu du ciel (IV)   
Alain Colombaud– Le sel vu du ciel (V)    
Alain Colombaud– Le sel vu du ciel (VI)   
Alain Colombaud– Le sel vu du ciel (VII)  
Alain Colombaud– Le sel vu du ciel (VIII)   
Hubert Hentz alias Hubou– J’ai la patate (page de titre)
Francisco Calderón – Pommes en tout genre (4 mars 2017) 
Hubert Hentz alias Hubou– Z’Ognons avec ou sans i (page de titre)  
Francisco Calderón – Pleurez-y
Francisco Calderón – Oignon au bain 
Photographie « Alimentation »
Photographie « Épicerie Buvette Charcuterie »
Photographie « Huilerie Vignal » Rue Saint-Guilhem à Montpellier
Hubert Hentz alias Hubou–Le grand chef Éric Coisel, auréolé (page de titre)
Photographies du grand restaurant parisien « Prunier » 
Saïd Sayagh – Adab I (page de titre)
Saïd Sayagh – Adab II « Mouwashshah » 
Saïd Sayagh – Al Andalus 
Saïd Sayagh – Que l’onde te réconforte (texte arabe calligraphié)
Saïd Sayagh – Ton sein
Hubert Hentz alias Hubou – Cuisine dantesque 
Jean-Baptiste Hugo – Noix et graines   
Jean-Baptiste Hugo – Artichauts / Channa dhal 
Jean-Baptiste Hugo – Bananes et dallah / Légumes   
Jean-Baptiste Hugo – Figues et parmesan   
Hubert Hentz alias Hubou – Affiche de théâtre
                                                   (page de titre : Dubout est-ce que?)
Hubert Hentz alias Hubou – Et Polichinelle triompha de la télévision 
Hubert Hentz alias Hubou – Les aventures du professeur K-Bourre
                                                   en Saint-Vincentinois (Commerce de quartier)  
Hubert Hentz alias Hubou – Marionnettes réalisées par l’artiste lui-même   
Hubert Hentz alias Hubou – Polichinelle près de sa roulotte
Hubert Hentz alias Hubou – L’évangile selon Polichinelle (Affiche de théâtre) 
Francisco Calderón – La signorina del formaggio
                                      (La demoiselle au fromage - 4 mars 2017)  
Photographie « Rue Git-le-cœur »  
Photographie de Nathalie Salagé : C. Corp et Gilles Gudin de Vallerin 9 03 17
Photographie Soirée Dada : Philippe Tancelin, Ester et José Muchnik, C. Corp  
Photographie : Vénus Khoury-Ghata   
Bob Ter Schiphorst  – Joseph Delteil 

 

Cauda_Aquarelle sur papier 50x70cm

© Cauda

 

 
Visitez notre site web:
www.revuesouffles.fr
www.facebook.com/revue.souffles

Posté par jacques cauda à 12:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Surfiguration

The tree with a hundred eyes

 It goes hand in her hair blond to her middle back. Splendor. Home of soul. Delectation. Speechless without limit, I extend my being. Pearl, lipstick, bra, mini skirt, black stockings and stiletto heels. I watch as the fire eats the straw it will start. A few steps into the garden path and the car starts. Destination? From the city ... The world ... She cry and walk in front, behind me at twenty paces. I walk in fascination, she witchcraft. I walk with words the acting, I say: "I burn the evil in my breast. "I also said more calmly:" Nothing is more spiritual than a woman in corset. She trots. Passers return. The whistle. They are servants. She shakes her hair. Her bare breasts to tip, they think: 95 C cup! The route of the idol is in them. Me behind, I keep track of my righteousness, I am a buffalo attached to the belt around his hips, I'm crying in her ass fool who desires!

She sits at a sidewalk cafe. It is beautiful, the air is clear, she orders a coffee, she said: "A long coffee" by crossing the legs so high that sees beyond the edge of her stockings. Me, leaning against the bar, I'm indifferent, I veil my face with my words, I do not say: "I brought her here so that everything is revealed," I order without giving a hand to my excitement, I told the boy looked at her breasts, her bottom, her thighs, her mouth like a courtyard that is sweat: "You, you count my wandering, I tell you the payroll thanks. I poetizes. I module. While she still laying on the terrace among the attackers, crocodiles, and it oppressed putasse with persistence, I do my best, leaning on choregos with music, song and poem, I say: "It my injury, it upsets me and I unbosom myself! "

P1050661

© Cauda

She gets up (his dear seem canceled, they later told their son, their fathers, their peers, who knows what else, I do not care anymore), I walk behind her to climax. Until the a priori form of the most perfect happiness. She will pay my vows, my desire stretched over it like chalk on the stone.

It is. I'm hiding behind a bush a little from all branches, trees, grass laid on the ground, and I ask a branch, so that no one sees me more. She sat on the bench.

It's a summer morning, the walkers are still few, some hurried through the park without roots, they go, others musent, badent dreaming after their dogs. There are also some couples who do not dwell on the beautiful waiting to play the elect astray. I say: "Show yourself, I give it to you to see but do not t'illusionne, it is the line, you're the fish. "Here it is. It comes from. He approaches. It was the sixties, a bit bald, light linen pants in a plaid shirt. Is this a sign? Yes. I can see him on the breath of my own cherishing. It will be dedicated, and made his life there, here, before it (scattered, moist, beautiful, booty wide open). He remains without a mouth like someone who eats no food. And I equally like a calf grazing in the hail ...

In return, I drive it. Quickly. Clenched teeth, without a word. At the last fire (the city disappears behind us) I open the glove box. And it's extraordinary, they are (the salt is in the salt box!) I pass and I accelerate, with printing to redeem my mistake. They are black leather, and without remission. So I say, "So you little slut still showed the old, all your debauchery, groove your finger down your grommet far? Say? Tell all! Say how you generated for your button and it all aside for the love of you! At this speed (I say this as I read: 135) is quickly countryside, fields on either side of a small road in laces, then the forest. "The woods! You hear! "The tires squeal. I rise sharply to the right a dirt road that plunges under the trees. I always ride with vitality, certainly, but in the caress and the splendor of the leaves, and while back in my chest my rumination, I say flip a voice that all at once: "Come down! "

P1050663

© Cauda

She is standing there impassively as a terminal, camping without shuddering his reproach (it clear himself) when I pull her clothes. Do keep for her that her flesh, her stockings, her pearls and heels: she is naked, she triumphs. I told him to move where there is no trail or anything, where it affects the abundance that creeps on the ground, where green is a burr-free lawn. "Go! She wavers, always head up (his hair crochent branches and legs to the spine). She wobbles and it has the most beautiful ass in the world! A cul gold madness. Makes me ass and militiaman, whip in gloved hand, knock, I add to his turmoil, I hit twenty, thirty times, at every step, every yard, where it threatens to fall at every blow. I hit in order to enjoy! (She is my war). I hit up the tree, ours, the appointment of oak, the tree maker well: he has a hundred eyes in height! I tied up, hands up (the first branch that overhangs his head), her golden hair flowing over her back. Her belly and her breasts stuck out of the trunk, and I enter into it as at noonday.

Jacques Cauda

Posté par jacques cauda à 09:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Surfiguration

insecte sur carton 6

© Cauda

Posté par jacques cauda à 07:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 avril 2017

Surfiguration

Courbet 78

Variations sur l'Origine © Cauda

Posté par jacques cauda à 06:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]