14 juin 2008

SURFIGURATION

"L'opposition que la théorie de l'art établit entre "théorie des idées" et "théorie de l'imitation" ressemble d'une certaine manière à l'opposition qui existe dans la théorie de la connaissance entre "théorie de l'image" et "conceptualisme" au sens large. Dans ces deux systèmes d'opposition, le rapport du sujet et de l'objet se comprend tantôt dans le sens d'une image purement reproductrice, tantôt dans le sens d'une construction qui crée à partir d'une "Idée innée", tantôt enfin dans le sens d'une opération d'abstraction qui choisit... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2008

SURFIGURATION

"Le désir rend les sourcils pressés et avancés sur les yeux, qui sont plus ouverts qu'à l'ordinaire; la prunelle enflammée se place au milieu de l'oeil; les narines s'élèvent et se serrent du côté des yeux; la bouche s'entrouvre, et les esprits qui sont en mouvement donnent une couleur vive et ardente." Charles Le Brun, 1698.
Posté par jacques cauda à 05:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2008

SURFIGURATION

Posté par jacques cauda à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 juin 2008

SURFIGURATION

"Posé sur un rideau, détaché d'une muraille, collé sur un granit, une moire, plus rien n'est figure derrière le visage, - une lumière, simplement, passée là." Jean-Louis Schefer
Posté par jacques cauda à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mai 2008

SURFIGURATION

"Le portrait porte sur ce que la nature ne produit pas, ni ne permet même d'identifier; et il parachève ainsi le travail déjà commencé par l'avènement du langage: qui fut d'arracher cette vie qui maintenant à des mots à son aveugle intimité avec le corps,avec les forces de la matière, et d'ainsi la doter d'une présence , aux yeux d'autres êtres comme aux siens propres."
Posté par jacques cauda à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 mai 2008

SURFIGURATION

On ne peut pas parler d'une réalité qui dure sans y introduire de la conscience... A vrai dire, il est impossible de distinguer la durée, si courte soit-elle, qui sépare deux instants et une mémoire qui les relierait l'un à l'autre, car la durée est essentiellement une continuation de ce qui n'est plus dans ce qui est. Surfigurée, la durée est l'expression de la continuation de la photographie qui n'est plus dans la peinture. Bergson & Cauda
Posté par jacques cauda à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mai 2008

SURFIGURATION

" On n'engage pas la bataille ailleurs que dans l'atelier." Édouard Pignon
Posté par jacques cauda à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mai 2008

SURFIGURATION

"Plus proches des révolutions que connaît la pensée scientifique que de la lente évolution des structures linguistiques, les grandes révolutions artistiques sont moins la conséquence de l'apport de nouvelles formes, de nouvelles méthodes, et moins encore de nouveaux codes, que d'une coupure théorique où s'engendre une nouvelle définition du système et de ses articulations internes." Hubert Damisch
Posté par jacques cauda à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mai 2008

Surfiguration

"On dit qu'un corps est vivant lorsqu'il se meut de lui-même et l'on dit qu'il est mort lorsque les membres ne peuvent plus remplir les fonctions de la vie, c'est-à-dire le mouvement et la sensation. C'est pourquoi, dans les "simulacres" de corps qu'il voudra faire paraître vivants, le peintre veillera à ce que tous les membres exécutent leurs mouvements. Par ailleurs, dans tout mouvement, il faut rechercher la vénusté et la grâce. Les mouvements les plus vivants et les plus gracieux sont ceux des membres qui s'élèvent... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mai 2008

SURFIGURATION

"Il est si nécessaire que la Grâce entre dans la Peinture, qu'il n'est pas besoin d'en rapporter aucunes preuves. Il se rencontre seulement une difficulté sur ce point: savoir si la Grâce est nécessaire dans toutes sortes de sujets, dans les Combats comme dans les Fêtes, dans les soldats comme dans les femmes. Je conclus pour l'affirmative: & la raison que j'en donne est, que bien la Grâce se laisse d'abord apercevoir sur le visage, ce n'est pas néanmoins dans cette seule partie qu'elle réside. Elle consiste principalement dans le... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 06:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]