20 mars 2008

SURFIGURATION

Le geste surfiguratif dit toujours la vérité sans jamais cesser de mentir. Son mensonge vient de ce qu'il SURreprésente le réel toujours égal à une image. De ces images qui sont comme la Viande Noire du Festin Nu, "si fabuleusement exquise et écoeurante". Le Peintre Mangeur s'en gorge puis la dégorge et s'en gorge encore jusqu'à ce qu'il s'écroule d'épuisement, la tête prise dans le berceau de ses bras, posée sur la table: le tableau.
Posté par jacques cauda à 08:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mars 2008

SURFIGURATION

Surfigurer c'est raconter une histoire avec un début et une fin qui détachent la figure du fond de peinture qui l'enveloppe et qui signe en cela l'absence de la réalité d'où elle a été extraite, en l'occurrence de l'image industrielle. Ainsi, la figure surfigurée ne se doit pas seulement à la ressemblance mais surtout à la présence masquée et signée par l'absence de cette image.
Posté par jacques cauda à 09:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mars 2008

SURFIGURATION

Jean Clair: "Dans son rapport au réel, ce que le regard envisage c'est le visage de son propre néant."
Posté par jacques cauda à 16:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mars 2008

SURFIGURATION

Le geste surfiguratif redonne un corps à la peinture dont l'histoire déjà écrite revient au monde.
Posté par jacques cauda à 07:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mars 2008

SURFIGURATION

Surfigurer est à entendre tel qu'on entendait figurer au XVè siècle: "Décrire un détour hors de la ressemblance et la désignation, entrer dans le domaine paradoxal de l'équivoque et de la dissemblance. Georges Didi-Huberman:" Chaque image offerte à notre regard ne se sera donnée, dans son évidence même, qu'à travers l'économie déconcertante de paradoxes toujours noués à d'autres paradoxes. Chaque image ne se sera donnée que comme l'intensité affolante, souvent sublime, d'une simultanéité contradictoire, d'une réunion d'ordres... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 06:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mars 2008

SURFIGURATION

Jacques Henric:" Les avant-gardes artistiques, en dépit de leur volonté de maîtrise, de leur prétention à occuper une position de surplomb (le marxisme, fameux "horizon indépassable de notre temps...") ne sont sans doute qu'un modeste département de ce vaste territoire des hérésies dûment répertoriées depuis longtemps par les successifs conciles catholiques." La peinture et le mal.
Posté par jacques cauda à 09:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mars 2008

SURFIGURATION

L'image c'est avant tout une présence. La présence d'une chose dont elle se détache sans jamais la quitter. Elle présente le retrait de cette chose qui lui colle à la peau. Elle en montre l'absence par la présence, et dans un même mouvement: elle représente. C'est ce mouvement que surligne la surfiguration.
Posté par jacques cauda à 06:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mars 2008

SURFIGURATION

La peinture n'est pas une image. Elle n'est pas non plus une non-image. Elle est entre deux, la passe entre l'attrait et le retrait, entre le portrait et le soustrait, entre le trait et l'extrait.
Posté par jacques cauda à 13:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mars 2008

SURFIGURATION

A l'origine de la peinture il y a Lascaux et à l'origine du monde, Courbet. D'un côté, un homme ithyphallique, de l'autre une fente. La corne et la muleta. Deux histoires croisées à l'infini qui font tout le regard où s'inscrit historiquement la surfiguration. (À l'encontre de l' "art" d'aujourd'hui le plus souvent sans histoire). Avant son entrée au musée, le tableau de Courbet a longtemps appartenu à Lacan, la vulve dissimulée par un coffre à volet comme l'entrée de la grotte le fut longtemps à Lascaux: " Plusieurs fois en... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 07:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mars 2008

SURFIGURATION

Théophile Thoré (dit William Bürger) (1807-1869): " Pour l'homme étendu mort dans le cirque des taureaux, il est impossible que Manet n'ait pas eu quelque "seconde vue", par des intermédiaires quelconques, s'il n'a pas visité la galerie Pourtalès où est le chef-d'oeuvre de Velasquez. Est-ce qu'il n'y en aurait pas une photographie dans la collection publiée par MM. Goupil? Il nous semble même qu'il y en avait une eau-forte à l'une des expositions précédentes. Nous consignons toujours en passant que la peinture de Manet n'est pas un... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 06:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]