05 avril 2019

Surfiguration

Posté par jacques cauda à 07:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 avril 2019

Surfiguration

Posté par jacques cauda à 07:42 - Commentaires [75] - Permalien [#]
03 avril 2019

Surfiguration

Lui. Le rhinocéros. Debout dans sa gaine, il se plaît dans le chaud de l’Afrique ventre ouvert. Lui. Cuisses nues dans la poussière. Avec le présent qui lui colle aux dents. Même s’il se tait sous son nom de famille sans aucun effet immédiat. Qu’importe !  Il s’y sait beaucoup mieux.   Et ce soir, à la naissance de la lune, ce sera encore lui. Mais il lui faudra courir.
Posté par jacques cauda à 07:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 avril 2019

Surfiguration

Encre sur papier
Posté par jacques cauda à 06:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 avril 2019

Surfiguration

Laisser-faire Pourquoi courir après ça la tête ventée qui rend déjà gorge avant la prise ? Le chat marche jusqu’aux yeux mangés. Au-dedans du pire. Par amour du mouvement de l’oiseau qui crève. Aucun laisser-aller donc, mais un laisser-faire à donner le vertige du sang.
Posté par jacques cauda à 07:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mars 2019

Surfiguration

Hommage à Manet, pastel sur papier 30x40cm
Posté par jacques cauda à 07:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mars 2019

Surfiguration

Rimbaud, Le dormeur du val, Recueil de Douai
Posté par jacques cauda à 11:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mars 2019

Surfiguration

Oeuvre de jeunesse VIII
Posté par jacques cauda à 06:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mars 2019

Surfiguration

JOUR DE FÊTE avec DOMINIQUE PRESCHEZ Photo Jean-Marie Prouteau
Posté par jacques cauda à 12:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mars 2019

Surfiguration

  Ils sont tous Ils sont tous de la même eau dont on fait les meutes. Ils courent le sexe mouillé dans leur corset noir.  Ils bouillent la gueule ouverte dans la chaleur de la Grande Serre. Leur musique (aboiements) à bleuir la peur fait ouf comme un flot de sortie. Puis la nuit, cette ceinture de cordes, les attache à l’infini.            
Posté par jacques cauda à 06:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]