22 juillet 2019

Surfiguration

Tolstoï I & II
Posté par jacques cauda à 13:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juillet 2019

Surfiguration

Posté par jacques cauda à 06:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juillet 2019

Surfiguration

Posté par jacques cauda à 06:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juillet 2019

Surfiguration

Posté par jacques cauda à 06:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 juillet 2019

Surfiguration

Hommage à Courbet qui, quand il enseignait la peinture rue Notre-Dame-des-Champs, a fait poser un boeuf roux, un poney écossais, la dépouille d'un chevreuil et une femme nue.
Posté par jacques cauda à 06:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juillet 2019

Surfiguration

Mon premier poème en prose sertie de fautes d’orthographe,1962, j’ai 7 ans. Ce qui me retient davantage c’est l’adresse, rue Carnot, Choisy-le-Roi. C’est là que je vis. Dans un roman de Céline. En duplicata. Courbevoie : Choisy-le-Roi, c’est du pareil au même. Sauf que mon père n’est pas licencié en lettres comme celui de Ferdine. Il est illettré. Prolo. Bas de plafond. Si bas qu’il baigne entier dans la mouise et cause le Bardamu. La langue des pauvres a pas bougé. Fixée dans la gélatine popu. Mais comme danse. Elle monte la... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 06:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juillet 2019

Surfiguration

Vous aurez remarqué que mon poisson épouse les formes de la région parisienne avec en son centre la Capitale devenue aujourd'hui le lieu d'aisance de la Morue de Paris, la maire Ubu qui maçonne ses places à la merdre, Bastille, Nation, Gambetta. Mon atelier est situé à la conjonction de ces trois fosses....
Posté par jacques cauda à 06:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juillet 2019

Surfiguration

Posté par jacques cauda à 06:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2019

Surfiguration

Posté par jacques cauda à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juillet 2019

Surfiguration

Jacques Cauda fabuleux fabuliste Cauda entend les mouches barrir et les éléphants voler. Fort en travaux publics il ne se fait pas d'illusions sur les ingénieurs du génie civil. Ce sont pour lui de véritables têtes de pont. Plutôt que de les fréquenter et avant ques les poules aient des dents, l'artiste - auteur à fable - accompagne celles et ceux qui, l'écrivant, caressent en tout bien tout honneur l'animal dans le sens du poil. Respectueux du titre de la revue qui l'invite il soigne partculièrement - et avec éthique - les... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 07:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]