11 avril 2008

SURFIGURATION

Par le truchement du rêve, le sommeil m’apparaît comme l’un des meilleurs moments à vivre à deux, dans cette douceur des corps devenus cinématographiques et qu’on entend marcher pieds nus dans sa tête. Les corps, au cinéma, sont des images de la langue que nous devenons dans nos rêves. Et des images qui, pour muettes qu’elles soient, s’entendent marcher pieds nus, et sans autre effet que celui du langage. Exemple : « la nudité a créé le mot « femme » à son image ». Ses fesses sont contre moi qui rêve qui l’embrasse dans le cou.... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 06:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2008

SURFIGURATION

Les figures de la surfiguration ont ceci en commun qu'elles comprennent l'acte d'imitation et non son résultat. Elles en comprennent la cause, comprendre au double sens d'avoir avec soi et de percevoir, la cause d'être causées par l'omniprésence de l'Oeil dont on ignore où il se trouve, et les effets qui en découlent: qu'il est impossible de rendre (visible) ce par quoi on est regardé, bien que ce par quoi on est regardé soit la cause de notre regard, sauf à l'inscrire dans l'imagination du rêve et du déjà-vu qu'il comprend avec lui. ... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 06:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2008

SURFIGURATION

Mettre l'accent sur l'activité théorique de la peinture, cela implique évidemment que le travail du peintre ne va se retourner sur lui-même et se clore sous la forme d'une oeuvre sans autre conséquence et sans autre effet que sa clôture. Marcelin Pleynet
Posté par jacques cauda à 16:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2008

SURFIGURATION

Au siècle dernier, au cours des années 1960/1970, le verbe peindre a déserté le vocabulaire de la plupart des artistes, à l'exception de quelques monochromes pour certains; pour d'autres, comme Stella ou Reinhardt, des tentatives de "Dernier Tableau". Parallèlement, la théorie a alors quitté le champ de la représentation (jugée triviale) pour celui de la présentation et du présentateur ( dans le même temps la télévision prend le pas sur le cinéma: Rio Bravo sera présenté comme le dernier western...) Pour mémoire, la présentation,... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 08:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 avril 2008

SURFIGURATION

Edgar A. Poe:" Ainsi tout argument fondé sur la fiction est applicable à la vérité; et la recherche de la vérité est le but."
Posté par jacques cauda à 07:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2008

SURFIGURATION

Du point de vue dialectique du destin de l'art, le passage de l'émotion dionysiaque au rêve apollinien n'est aucunement réversible. En revanche, avec la surfiguration, le rêve apollinien de la photographie est emporté dans le sommeil de l'émotion jusqu'au réveil de celle-ci par la peinture.
Posté par jacques cauda à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 avril 2008

SURFIGURATION

Elle passe la main dans ses cheveux qu’elle a blonds jusqu’au milieu du dos. Splendeur. Maison d’âme. Délectation. Bouche bée sans limite, j’élargis mon être. Perle, rouge à lèvres, bustier, mini jupe, bas noirs et talons aiguille. Je la regarde comme le feu mange la paille Ça va commencer. Quelques pas dans l’allée du jardin et la voiture démarre. Destination ? La ville…Du monde…La clameur et marcher… Elle devant, moi derrière à une... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 09:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 avril 2008

SURFIGURATION

Les visages peints par Poussin, par leur évidente appartenance au principe du déjà-vu, recèlent des signes avant-coureurs de surfiguration. Déjà-vu par l'Oeil, l'Oeil absolu, l'Oeil de Dieu, disait-on au XVIIè siècle, plus que jamais omniprésent aujourd'hui dans l'approche surfigurative qui pose avec Lui un signe égal entre le visible et le réel. Ils ont aussi cette frontalité mystérieuse ( l'expression est de Daniel Klébaner) qui les présente, en quelque sorte, de face et de profil en même temps, un peu comme s'ils pariaient sur... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 07:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 avril 2008

SURFIGURATION

Dans la Peinture, il y a deux sortes d'idées: l'idée générale qui convient à tous les hommes (la photographie), et l'idée particulière qui convient au Peintre seulement (la Peinture). Roger de Piles, Cours de Peintures par Principes, 1708.
Posté par jacques cauda à 06:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 avril 2008

SURFIGURATION

Avant tout, il importe qu’elles soient nues, car alors elles deviennent bien visibles à la place où je disparais. Prendre l’autobus tous les matins à la même heure ne promet pas que des désagréments. La routine, pompeusement définie comme l’emblème du même sous le ciel de la répétition, peut être un bénédiction, une part d’infini, une somme d’ici et maintenant dont on se souvient déjà avant même de... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 06:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]