28 février 2020

Surfiguration

  Dans un mois, jour pour jour, MOBY DARK le livre qui fait peur et son auteur l'ignoble Jacques Cauda passent la frontière ! 
Posté par jacques cauda à 07:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 février 2020

Très belles lectures hier soir au Merle Moqueur, rue de Bagnolet, Paris XX, de Gilbert Bourson et Philippe Thireau qui ont présenté respectivement Phases et Melancholia, deux livres édités chez Tinbad. Ils sont également réunis dans États et lieux d'éros (texte de Bourson, 4ème de couverture de Thireau) paru dans La Bleu Turquin chez Z4 éditions :https://z4editions.fr/publication/etats-et-lieux-deros/
Posté par jacques cauda à 09:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2020

Surfiguration

En regardant hier soir le film de David Dufresne sur Pigalle, j'ai appris que Le Trafalgar, le bar où je brûlais ma vie quand j'avais vingt ans, était devenu une crèche !!!! Une crèche pour les chiards hideux des bobos qui ont transformé ce quartier magnifique à leur image de crétins écolos. Les cabarets où j'allais admirer le cul des filles qui s'y déshabillaient sont aujourd'hui des magasins bio ! Quelle misère! Le Trafalgar, rappelait dans ce film un témoin du bon temps, était l'endroit le mieux fréquenté du quartier:... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 février 2020

Surfiguration

Pastel et aquarelle sur papier 30x40cm J’ai joué au rugby à l’âge de 14/15 ans dans un club de la banlieue sud de Paris. C’était davantage du combat de rue que du rugby. Nous étions quatre copains passionnés, mais quatre ce n’est pas assez pour former une équipe. C’est pourquoi, le coach nous surclassa. Nous fûmes versés dans l’équipe junior. Des mecs de plus de 100kg pour certains qui faisaient mal. Très mal. Mais nous aimions cette violence folle. J’avais appris le rugby, quelques années plus tôt, en jouant à la soule, un jeu qui... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 08:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 février 2020

Surfiguration

Feutre & aquarelle sur papier 30x40cm.   À paraître en mars, aux éditions Mille Sources, cette somme quasi théologique sur le rugby avec des signatures prestigieuses comme celle de Daniel Herrero, Walter Spanghero, Pierre Villepreux, et d'autres, et... Jacques Cauda.
Posté par jacques cauda à 07:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 février 2020

Surfiguration

Billie, pastel sur papier
Posté par jacques cauda à 20:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 février 2020

Surfiguration

Fleurs, acrylique sur papier 60x80cm Pourquoi peindre des fleurs ? Pour Baudelaire. Pour saint Augustin :« Une femme retrouve la vue quand l’évêque porteur des reliques de saint Étienne lui tend des fleurs. » Pour conter l’histoire de l’œil. Pour Söseki : « Dans l’air vibre la corde/Silence tendu silence rompu/Chute mate d’une fleur de camélia. » Pour la recherche des fleurs perdues peintes par Pausias pour Glycère. Pour rouvrir la Domus aurea. Pour rendre le temps de l’éphémère... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 07:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 février 2020

Surfiguration

Posté par jacques cauda à 07:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 février 2020

Surfiguration

Fleurs, encres et talc sur toile
Posté par jacques cauda à 07:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 février 2020

Surfiguration

En lisant en dessinant TERRE CREUSE DE ANGÈLE CASANOVA / Z4 éditions Le titre, à l’évidence, fait écho à En lisant en écrivant. Je suis un écrivain qui dessine. Et les fragments et les notes, qui font le livre de Gracq, sont les articulations, au sens anatomique et vocal, que je pose au fil de ma lecture pour donner à vivre à mes dessins. J’articule les os qui vont dessiner les mots d’Angèle Casanova.  Son texte sonde l'être au plus profond, comme la souffrance et la faim. Montrer des visages creusés par l’idée qu’ils... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 07:33 - Commentaires [1] - Permalien [#]