11 septembre 2009

SURFIGURATION

"Par le truchement du rêve, le sommeil m’apparaît comme l’un des meilleurs moments à vivre à deux, dans cette douceur des corps devenus cinématographiques et qu’on entend marcher pieds nus dans sa tête. Les corps, au cinéma, sont des images de la langue que nous devenons dans nos rêves. Et des images qui, pour muettes qu’elles soient, s’entendent marcher pieds nus, sans autre effet que celui du langage. Exemple : « la nudité a créé le mot « femme » à son image ». Ses fesses sont contre moi qui rêve qui l’embrasse dans le cou.... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 10:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]