27 avril 2008

SURFIGURATION

Jacinto Lageira:" Quelles que soient les formes sous lesquelles il apparaît à travers l'Histoire, le portrait se définit par la présentation du visage compris comme l'image hypostasiée de l'humanité. Vouloir saisir la nature ou l'essence de l'être humain en représentant un visage fut sans doute l'une des thématiques fondamentales de l'art, car cela permettait à celui qui portraiturait de montrer simultanément le particulier et le général. À travers un visage, c'est tous les autres que l'on voit, l'humanité de chaque être apparaissant... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 08:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 avril 2008

SURFIGURATION

Ma table ressemble à mon lit. Je mange sans tempérance et je bois sans ménagement. Je mange comme je pense. Le verre à la main et la vérité aux lèvres. J’aime d’autant manger que manger fait voir. De la table on passe au tableau, on pense avec les dents. Du mort qui est dans son assiette sort l’image d’un nouveau-né. La mort est délicieuse et elle devient étoile. Je suis un homme d’étoiles. Elles me donnent à vivre. À manger. À boire. Tous les matins, je cours au frigo. C’est pour la bière. Ça swing tout de suite mieux après. Je... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 avril 2008

SURFIGURATION

Marc Vaudey: "Le portrait apparaît comme un trope idéal, c'est-à-dire une figure de rhétorique dans laquelle nous pouvons nous reconnaître ou nous ignorer, mais qui toujours implicitement pose la question de l'identité: qui figure sur ce portrait? Et comme se le demande Barthes: qui ces yeux que je vois ont-ils vu avant de se figer? La question du regard est au centre de la problématique du portrait. Le Français Bertillon, je crois, fondateur de l'identité judiciaire, pensait qu'il était possible en agrandissant la photographie de... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2008

SURFIGURATION

 
Posté par jacques cauda à 09:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2008

SURFIGURATION

Marc Le Bot: "Parmi tous les objets du monde, le corps de l'homme est pour lui le plus sensible des objets. L'affaire est aussi ancienne que la peinture elle-même."
Posté par jacques cauda à 14:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 avril 2008

SURFIGURATION

Nicole Tuffelli: "S'il y a re-présentation de soi ou d'un autre, c'est bien que soi ou un autre existe d'abord ou a existé ( même si le portrait traduit l'idée qu'on se fait d'un personnage comme dans le cas d'Homère) et que l'image qui en faite "après coup" peut s'y référer par un nom."
Posté par jacques cauda à 10:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2008

SURFIGURATION

Marguerite Duras:" Le bonheur de la coïncidence entre l'image et la parole me comble d'évidence, de jouissance."
Posté par jacques cauda à 16:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 avril 2008

SURFIGURATION

- "C'est étrange de se définir avant tout comme peintre. À cette époque cela relève presque de l'héroïsme. - Faut dire que la peinture c'est long c'est chiant, ça nécessite un savoir-faire exceptionnel, ça prend de la place dans la maison et ça dégueulasse le parquet, souligna Zazie. En plus franchement, c'est pas très hype comme discipline. - J'ai perdu beaucoup de fidèles au fil des siècles, surtout ces dernières décennies, c'est vrai. Mais je garde la foi. Et je fais acte de résistance, ce qui déplaît parfois en hauts lieux. Je... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 09:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 avril 2008

SURFIGURATION

Nudus sequi nudum Christum.
Posté par jacques cauda à 06:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 avril 2008

SURFIGURATION

Louis Cane:" Il me semble qu'aujourd'hui (1984), à part les hommes de lettres, plus personne dans le milieu de l'art ne s'intéresse vraiment à la représentation." Martial Raysse:"Parlant de peinture, il est surprenant d'entendre dire ces dernières années (1986) "retour à la peinture" comme si les intéressés y étaient arrivé...Les grands peintres bien que situés dans le passé, par le temps historique, sont en réalité, sur le plan de l'esprit, loin devant nous. Il ne s'agit dans la pratique pas d'imitation, mais bien de savoir à quel... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 06:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]