06 mars 2008

SURFIGURATION

La photographie ne questionne jamais la mimêsis, elle ne se demande pas ce qu'il faut retenir, ni comment le faut-il: ou en totalité, ou en partie? Elle enregistre tout, machinalement. Que penser alors de la surfiguration qui la prend pour modèle? Revient-elle à renouer avec la peinture d'imitation tant décriée par Baudelaire? Absolument pas! La surfiguration réinscrit la peinture au coeur de la modernité et rend à l'imagination l'imitation heureusement sacrifiée au désir de revoir "l'inchoatif d'un monde qu'il serait faux de croire... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 06:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]