29 février 2008

SURFIGURATION

" Non pas voir par le dehors, comme les autres voient, le contour d'un corps qu'on habite, mais surtout être vu par lui, exister en lui, émigrer, être séduit, capté, aliéné par le fantôme". Merleau-Ponty, L'Oeil et l'esprit.
Posté par jacques cauda à 10:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2008

SURFIGURATION

L'art surfiguratif privilégie le portrait. Tout portrait tient à la fois de l'apparaître et du disparaître : un visage apparaît à la lumière de sa propre fin, il dit: " ça a été", exactement comme l'image photographique, cinématographique, vidéographique, arrache à la mort des moments ça et là. Pourquoi alors peindre ce que l'image nous donne immédiatement et beaucoup mieux, en regard de l'imitation, que ce que la peinture pourra jamais faire. Yves Bonnefoy annonce que la disparition du portrait dans la peinture, à la fin du XXè... [Lire la suite]
Posté par jacques cauda à 08:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 février 2008

SURFIGURATION

"Artistique au plus haut point sera l'imitation qui représente le relief par son contraire qui est le plan", Galilée, Opere. La question de l'imitation qui ne se posait plus depuis l'invention de la photographie revient sur le devant de la scène picturale grâce au geste surfiguratif. Et rien n'est moins provoquant que de regarder le passé sous les traits du présent. Et le déjà-vu comme une nouveauté.
Posté par jacques cauda à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 février 2008

SURFIGURATION

L'art surfiguratif pose la question de savoir comment retourner le gant du mensonge en vérité. Difficile...Le faux est devenu une telle institution. Faux...tographe, disait déjà Degas. Pire: le faux est devenu naturel, c'est-à-dire abominable, deux synonymes pour Baudelaire. Comment pousser l'abominable ( la nature amplifiée de toutes ses copies) à recouvrer l'imagination, "la reine du vrai, positivement apparentée avec l'infini"? Baudelaire, in Salon de 1859.
Posté par jacques cauda à 08:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 février 2008

SURFIGURATION

L'atelier surfiguratif est le dernier lieu où reposent les images. Le trou où elles tombent sous l'oeil de la peinture. Leurs cendres, l'obscur le noir l'oubli, sont à la naissance du geste surfiguratif, la lumière la couleur la mémoire.
Posté par jacques cauda à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 février 2008

SURFIGURATION

Constantin Brunner a introduit, entre la réalité fictive (reconnue par les sens) et la réalité abstraite ( reconnue par la pensée abstraite) le fictivisme qui prend pour objet la rélativité convertie en absolu ou l'absolu fictif. L'art surfiguratif, entre la réalité de l'image et la réalité de la peinture, prend pour objet la surfiguration convertie en absolu.
Posté par jacques cauda à 14:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 février 2008

SURFIGURATION

Posté par jacques cauda à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 février 2008

SURFIGURATION

"Parmi les images solaires conservées à l'intérieur de l'oeil, celle qu'il aura retenue le moins longtemps semblera la plus lumineuse". Léonard de Vinci La peinture surfigurative rend à la mémoire ce que l'image manufacturée a abandonné à la lumière: le trop perçu.
Posté par jacques cauda à 07:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2008

SURFIGURATION

Surfigurer: dissoudre l'image dans la couleur et la lumière.
Posté par jacques cauda à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 février 2008

SURFIGURATION

Le Grand Rond est un grand miroir liquide où regarder ses traits reste un jeu ô combien fondateur et fécond. Car faire paraître c'est déjà représenter, et représenter c'est faire paraître ce que le premier être parlant commença de voir dans cet autre auquel il adressait la parole. Au centre du milieu d'auTour, p.64.
Posté par jacques cauda à 08:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]